Nicolas Larochelle

The executionner

Depuis son enfance, Nicolas porte en lui l’âme d’un chevalier.  Dès l’âge de douze ans, l’un de ses passe-temps favoris est de travailler le métal et l’acier et de forger diverses pièces par simple plaisir .  Aujourd’hui, ferblantier de métier, il a appris l’art de façonner des armures de manière autodidacte en regardant des vidéos sur le web et peut les créer complètement à partir de sources historiques en image.  Il est l’un des forgerons de la Fédération Québécoise de Combats Médiévaux (FQCM).  Reconnu depuis 5 ans pour son travail de grande qualité et sa grande minutie, il exécute plusieurs projets pour les personnes pratiquant le combat en armure.

Nicolas, ayant toujours été très sportif, a pratiqué plusieurs sports tels que la boxe et le football.  Il s’entraîne depuis trois ans avec le groupe Les Patriotes de Québec, qui est l’un des cinq clubs de la Fédération.  Le club fut ainsi nommé en référence à la grande rébellion de 1837.

Nicolas porte un plastron de type Wisby ainsi que des protections aux jambes et aux bras qui sont des répliques de l’armure de Charles VI, dit le Bien-Aimé ou le Fou, qui a régné sur la France à la fin du 14e siècle.  Son casque, nommé un bascinet à charnière ou « klappvisor » était très répandu principalement en Allemagne et au nord de l’Italie.

Nicolas, n’étant pas un duelliste, participe uniquement aux combats de béhourd.  Ses armes favorites sont la hache à deux mains et le fauchon.  En 2014, il a été l’un des combattants de l’Ost du Québec, l’équipe représentant la province aux compétitions internationales.  D’ailleurs, cette même année, ils ont atteint la huitième de finale dans l’épreuve de mêlée à cinq contre cinq au Championnat du monde de la « International Medieval Combat Federation  (IMCF) » en Espagne.  De plus, en février 2015, son équipe, Les Patriotes de Québec, a obtenu la troisième place dans cette même catégorie, au tournoi hivernal présenté par la FQCM.

La FQCM est privilégiée de compter sur un forgeron de sa compétence, un combattant de sa trempe et de profiter également de sa nature joviale et de son humour.

—–

Ever since he was a child, Nicolas has the soul of a knight.  Since the age of twelve, one of his favorite hobby is to work iron and steel and create various pieces only for the pleasure of doing so.  Today, he works as a tinsmith and has taught himself how to shape armours by looking at videos on the web.  He is one of the blacksmith from the Quebec Federation of Medieval Combat (QFMC) and is able to produce armours only by looking at historical pictures.  He has been recognized for the last five years for the quality of his work, his thoroughness and he now executes many projects for people who practice armoured combat.

Enjoying an active life, Nicolas has practiced many sports such as boxing and football.  He has been training for the last three years with “Les Patriotes de Québec”, which is one of five groups representing the federation.  The name of the club refers to the great rebellion of 1837.

Nicolas wears a breastplate of the Wisby type, as well as protective gear covering his legs and arms which are reproductions of Charles VI’s personal armour. Also known as the Beloved or the Mad, he was the reigning king of France at the end of the 14th century.  His helmet, also called a bassinet “klappvisor”, was widespread through Germany and the North of Italia.

Nicolas does not practice dueling, but only participates in bohurt combat.  His favorite weapons are the two-handed ax and the falchion.  In 2014, he was a fighter of the “Ost du Quebec” which is the team that represents the province in international tournaments.  During that same year, his team reached the eighth finals in the five against five category at the world championships hosted by the International Medieval Combat Federation

Leave a Reply